Aller directement au contenu de la page
  • Imprimer la page courante.
  • Google Plus.

Vous êtes ici : Accueil > F.A.Q.

F.A.Q.

F.A.Q.

QUESTION 1

PERFORM est-il un comité d’employeurs ou un comité de travailleurs ?

Ni l’un, ni l’autre. PERFORM est un comité paritaire. Son conseil d’administration est composé de représentants d’employeurs et de représentants d’employés. Le plan d’action du comité doit être approuvé par les représentants des deux parties.


QUESTION 2

PERFORM joue-t-il le rôle d’une agence de placement auprès des employeurs du secteur en recherche de main-d’œuvre et auprès des travailleurs en recherche d’emploi ?

Non. Le service Placement en ligne, offert par Emploi-Québec, remplit cette fonction auprès des travailleurs qui cherchent un emploi et des employeurs qui recrutent du personnel. PERFORM invite les travailleurs et les employeurs à utiliser ce service.


QUESTION 3

Les employeurs et les travailleurs qui désirent bénéficier du Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) doivent-il faire une demande à PERFORM ?

Non. L’administration du PAMT relève des Centre locaux d’emploi (CLE). À ce sujet, le visiteur peut consulter la rubrique Carnets d’apprentissage de ce site.

PERFORMI joue cependant un rôle de première importance dans la mise en œuvre du PAMT dans les métiers de la Fabrication métallique industrielle. En effet, après consultation des représentants des entreprises du secteur, PERFORM identifie les métiers pour lesquels il serait pertinent de créer ou de réviser un programme d’apprentissage ; en étroite collaboration avec des experts oeuvrant en entreprise, il établit les compétences jugées essentielles à l’exercice des métiers touchés (« normes professionnelles ») ; il voit à l’élaboration des Carnets d’apprentissage, des Guides du compagnon d’apprentissage et autres outils d’apprentissage s’il y a lieu. Enfin,PERFORM veille à informer adéquatement les agents des CLE au sujet des programmes visant les métiers de la Fabrication métallique industrielle ; PERFORMfait également la promotion du PAMT auprès des entreprises du secteur.


QUESTION 4

Quelles sont les entreprises membres de PERFORM ?

Toutes les entreprises qui appartiennent au grand secteur de la Fabrication métallique industrielle sont de facto membres de PERFORMI.

Tel que circonscrit par PERFORM, le grand secteur de la Fabrication métallique industrielle compte plus de 3 160 entreprises qui embauchent plus de 90 000 employés. Les entreprises de la FMI se répartissent, selon le Système de classification des industries en Amérique du Nord (SCIAN), dans 22 secteurs d’activités, soit tous les secteurs des industries de la Fabrication de produits métalliques (SCIAN 332), de la Fabrication de machines (SCIAN 333) et de tous les secteurs de l’industrie de Fabrication de matériel de transport (SCIAN 336), à l’exception de l’industrie de la Fabrication de produits aérospatiaux et leurs pièces (SCIAN 3364). Les secteurs de la Fabrication de produits d’architecture et d’éléments de charpentes métalliques (SCIAN 3323) et celui des Ateliers d’usinage, de la fabrication de produits tournés, de vis, d’écrous et de boulons (SCIAN 3327) - pour ne mentionner que ces deux-là - sont ceux qui comptent le plus grand nombre d’entreprises et d’employés (voir la liste complète des secteurs d’activités à la rubrique L’industrie - section Survol de l’industrie).


QUESTION 5

Doit-on payer une cotisation pour participer aux assemblées générales et aux autres activités de PERFORM ?

Non. Comme nous le verrons un peu plus loin, les activités de PERFORMI, tout comme celles des autres comités sectoriels de main-d’œuvre, sont financées par le gouvernement du Québec, par le biais de la Commision des partenaires du marché du travail dans le cadre de la Politique d’intervention sectorielle et d’autres mesures de soutien à la formation de la main-d’œuvre. La population québécoise contribue donc au financement de ces organismes. Notons qu’une partie des ressources financières dont peuvent bénéficier les comités sectoriels provient du Fonds national de formation de la main-d’œuvre, lequel est constitué des sommes versées par les employeurs assujettis à la Loi 90 n’ayant pas investi annuellement un montant équivalant à 1 % de leur masse salariale dans la formation de leur personnel. Le Fonds est dédié à la réalisation de projets de formation.


QUESTION 6

Quelles sont les principales activités auxquelles participent les « membres actifs » de PERFORM et quels bénéfices ces entreprises peuvent-elles tirer de leur participation ?

Toutes les activités de PERFORM impliquent - le plus souvent de très près - la participation des entreprises.

Afin que PERFORM puisse répondre adéquatement aux besoins de la Fabrication métallique industrielle, il est essentiel que les entreprises du secteur signalent les principales situations sur lesquelles il conviendrait d’agir. Par exemple, avant que le conseil d’administration de PERFORM ne décide d’entreprendre la révision d’un carnet d’apprentissage ou de recommander à Emploi-Québec d’ajouter un nouveau métier sur la liste de ceux visés par le Programme d’apprentissage en milieu de travail, il faut que les entreprises concernées par de tels projets expriment préalablement leurs besoins en matière de formation de la main-d’œuvre. Les membres du conseil d’administration et ceux du personnel de PERFORM consultent les entreprises à plusieurs occasions : assemblées générales, sondages téléphoniques ou postaux, rencontres de travail réunissant des employeurs et des travailleurs d’un secteur d’activités en particulier, visites d’entreprises, etc. Les entreprises peuvent également en tout temps entrer en contact avec PERFORM pour transmettre de l’information, formuler des commentaires ou des propositions, etc.

C’est en partageant leur expertise que les entreprises apportent leur plus précieuse contribution à la réalisation de la mission de PERFORM. En effet, la révision d’un carnet d’apprentissage - pour reprendre cet exemple - doit refléter le plus fidèlement possible les caractéristiques du métier visé tel que celui-ci est exercé dans les entreprises. Quelles sont les compétences que doit posséder un apprenti pour se qualifier dans le métier de machiniste ou celui d’outilleur ? Sur quels critères le compagnon se basera-t-il pour évaluer l’apprenti relativement à l’acquisition de ces compétences ? Pour apporter des réponses à ces questions, le personnel de PERFORM, chargé de réaliser les travaux entourant l’élaboration et l’implantation du programme d’apprentissage (établissement des normes professionnelles, rédaction des carnets d’apprentissage et des guides du compagnon d’apprentissage, etc.), consulte de façon systématique les experts oeuvrant en entreprise. Certains experts sont associés à la réalisation de toutes les étapes des travaux de révision : élaboration du profil de compétences ou du carnet d’apprentissage, etc. ; d’autres interviennent de façon ponctuelle, notamment lors des « séances de validation » réunissant plusieurs entreprises.

En participant aux travaux de révision des carnets d’apprentissage ou à d’autres activités de PERFORM, les entreprises influencent des décisions qui toucheront leurs milieux respectifs ainsi que l’ensemble du secteur auquel elles appartiennent. Par exemple, par l’intermédiaire des comités sectoriels de main-d’œuvre, Emploi-Québec a grandement tenu compte du point de vue des entreprises lors de l’élaboration de l’actuel Programme d’apprentissage en milieu de travail. Le processus de révision des programmes d’études en formation professionnelle et technique implique la participation des entreprises, notamment à l’étape des analyses de situation de travail et de la validation des objectifs des programmes d’études. Le ministère de l’Éducation, des Loisirs et des Sports fait appel aux comités sectoriels de main-d’œuvre afin d’avoir accès aux entreprises et à leurs experts des métiers visés par les programmes d’études de la formation professionnelle et technique.

Emploi-Québec offre un grand nombre de services et de mesures destinés à toutes les entreprises désireuses de développer les compétences de leur main-d’œuvre, quels que soient le secteur d’activités auquel elles appartiennent, le nombre de leurs employés, la région où elles sont situées, etc. En suivant de près les activités de PERFORM, les acteurs du grand secteur de la Fabrication métallique industrielle ont l’opportunité de voir de quelle manière les services et mesures d’Emploi-Québec peuvent s’appliquer concrètement dans leurs entreprises. PERFORM peut également soutenir techniquement les entreprises qui désirent se regrouper afin d’offrir des activités de formation à leur personnel.


QUESTION 7

PERFORM est-il un organisme gouvernemental ?

Non. PERFORM est, en vertu de la Loi québécoise sur les compagnies, une corporation privée sans but lucratif. Ses activités sont cependant financées par la Commission des partenaires du marché du travail dans le cadre de la Politique d’intervention sectorielle en matière de développement de la main-d’œuvre, laquelle « fait appel à la mobilisation des entreprises et des travailleurs ainsi qu’à une connaissance approfondie du marché du travail ».

Au moment où il adoptait Loi favorisant le développement de la formation de la main-d’œuvre (surnommée la « Loi du 1 % »), le gouvernement du Québec décidait de mettre à la disposition des grands partenaires des différents secteurs d’activités industrielles - les partenaires étant en gros les associations patronales et syndicales - les ressources financières nécessaires à l’atteinte du but principal visé par la Loi, soit « l’instauration d’une culture de formation continue dans les entreprises du Québec ». Cette mesure de soutien financier aux comités sectoriels de main-d’œuvre repose sur le principe selon lequel « les représentants des entreprises, des syndicats ou des associations de travailleurs sont les mieux placés pour bien connaître les problèmes de main-d’œuvre et pour proposer des solutions ».

Les « destinées » de PERFORM sont donc entre les mains des représentants du secteur de la Fabrication métallique industrielle. C’est à eux qu’il revient d’identifier les besoins des entreprises du secteur en matière de formation de la main-d’œuvre, d’élaborer des moyens d’actions pour répondre à ces besoins et de la mettre en place. La Politique d’intervention sectorielle et les différentes mesures de soutien à la formation de la main-d’œuvre d’Emploi-Québec permettent la réalisation d’activités fort diversifiées.


La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du Comité sectoriel de main-d'oeuvre dans la fabrication métallique industrielle.

Commission des partenaires du marché du travail - Québec

Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.